Chine 2013

Classé dans : Voyage | 0

Petit retour rapide sur la Chine (Toutes les photos dans la rubrique photos !!)

Dimanche 21 avril : IMG_0407
Visite du parc du temple du ciel  puis du musée de l’urbanisme.
En fin d’après midi, direction le parc de la colline de charbon où nous y avons fait un cours de tai chi.

 

Lundi 22 avril :
On part visiter la place Tian An Men puis la cité interdite. Déjeuner chez l’habitant dans le vieux Pékin et on enchaine par une visite des hutongs, du temple des lamas, du temple bouddhique tibétain et ensuite, cérémonie du thé et dégustation dans une maison de thé. On termine par un spectacle d’acrobatie au théâtre.

Mardi 23 avril :IMG_1494
Direction la grande muraille à Mutianyu (9km, environ 6h de marche), puis visite dans un magasin spécialisé dans la soie. On boucle la journée par un diner et un super massage des pieds.

Mercredi 24 avril :
Départ pour Datong, en route, visite d’une fabrique de cloisonnés. A Datong, visite des grottes de Yungang.

Jeudi 25 avril :
Visite de la  vieille ville, le mur des 9 dragons (le Jiulongbi) , le temple Huayan puis route pour Wutaishan. Arrêt dans un village pour visiter une maison en terre, ensuite le xuangongsi, monastère suspendu à flanc de montagne et à Yingxian. Halte à la pagode de 9 étages, la plus ancienne des pagodes de bois conservée en chine et construite sans un seul clou.

Vendredi 26 avril :053
Marche jusqu’au sommet des terrasses du sud (Jin Xiu Feng) à une altitude de 2300m (environ 15km aller-retour, 4 à 5h de marche). Puis visite du temple Xiantong , le plus grand du wutai shan.

Samedi 27 avril :
Départ pour Taiyuan, capitale de la province du Shanxi. En route, visite du temple de Foguangsi (monastère de la lumière du bouddha). A Taiyuan,  visite du monastère de Jinci, puis direction Pingyao (superbe guest house, ancienne maison chinoise à cour carrée). Et on termine par un massage.

IMG_2879Dimanche 28 avril :
Séance de Qi gong. Visite de la vieille ville puis ballade sur les remparts, dans les ruelles typiques. Visite du temple taoiste Qing Xu Guan, puis les anciennes banques. Cours de tai chi avec  2 professeurs. Ensuite direction Xian en train de nuit.

 

Lundi 29 avril : chine-2013-04-29 12.58.24
Visite du mausolée de l’empereur Qin Shi Huang DI  et de son armée en terre cuite. En chemin, arrêt dans un marché de plantes médicinales.
A Xian, visite de la foret de stèles, bibliothèque sur pierre qui constitue des archives historiques précieuses.
Banquet de raviolis au Shanxi grand opéra house, suivi d’un spectacle de musiques et danses de la dynastie Tang.

Mardi 30 avril :
Cours de tai chi dans le parc à coté de l’hôtel avec madame LI. Nous enchaînons par un cours de calligraphie dans une école primaire, suivi d’une visite d’un magasin de jade de la grande pagode de l’oie sauvage(Da Yan Ta) avec ses 7 étages et de la grande mosquée.
Direction Pekin pendant la nuit en train.

IMG_1621Mercredi 1 mai :
Visite du marché aux voleurs (Yashou) puis cours de majong pour certains, ou temps libre pour les autres.
Repas du soir : canard laqué.

Jeudi 2 mai :
Retour Paris

IMG_3558

 

VOYAGE EN CHINE ORGANISE PAR SHOSHIN (Articles écrit par Bernard)

du 20 avril au 2 mai 2013

 

Quand la pratique du Taï – chi prend une place centrale dans le voyage.

  1. La pratique du Tai-chi, ici et maintenant.
  2. Le Taï-chi vecteur de rencontres et d’échanges
  3. La gentillesse et la compétence  des professeures chinoises de Taï-chi

 

1 – La pratique du Taï-chi, ici et maintenant.

Lorsque, dans le petit matin frisquet, un rayon de soleil vient réchauffer l’extrémité de vos doigts, vous relevez le regard. Eh oui !  Vous êtes dans un parc en Chine, face aux remparts de la ville de Datong… et vous pratiquez votre activité favorite, ici, dans l’empire du milieu. Chaque matin, les plus motivés du groupe se retrouvent à 5h45 pour une séance de Taï-chi avec Eric* à proximité de l’hôtel. Nous croisons les chinois qui se retrouvent pour une pratique physique en groupe ou en individuel, avant d’aller au travail. Ceux-ci portent souvent des gants, à cette heure matinale.

Quelle que soit la ville-étape, chaque séance se déroule dans un milieu naturel de toute beauté. Les rôles sont ici inversés ;  les chinois s’arrêtent pour nous regarder pratiquer la grande forme de Pékin et nous photographier. Surpris de notre présence, ils paraissent néanmoins apprécier notre démarche en phase avec leurs pratiques quotidiennes. Dans certains jardins de temples visités pendant la journée, nous nous arrêtons pour un moment de Taï-chi. Que dire de ces temps privilégiés dans le parc de la colline au Charbon ou du temple de la Lumière à Foguang Si, sinon sérénité et partage au niveau du groupe.

 

2 – Le Taï-chi vecteur de rencontres et d’échanges

A peine descendus de l’avion à Pékin, nous rencontrons un groupe pratiquant le Taï-chi dans le parc du Temple du Ciel. Hommes et femmes, vêtus d’un ensemble coloré de velours, déploient beaucoup de grâce et de facilité. Rapidement, nous nous joignons à eux pour un temps de pratique partagé. Les congratulations, les nombreuses photos réalisées témoignent de la force de ce moment commun, ressentie par les français mais aussi par les Chinois, malgré les barrières de la langue.

 

3 – La gentillesse et la compétence des professeures chinoises de Taï-chi

Trois cours de Taï-chi sont programmés pendant le séjour. Nous découvrons la forme des 40 mouvements. Les professeures témoignent d’une grande souplesse (grands écarts, coups de pieds). Les mouvements très fluides prennent souvent appui sur une ouverture du pied à 90° amenant des changements de direction très ouverts toujours en progression vers l’avant.

Elles se montrent très disponibles et prennent grand plaisir à nous enseigner. Elles se plient à nos demandes de reprise de certains mouvements, de répétitions de la forme. Nous avons tous envie qu’Eric nous permette de revenir sur cette forme pratiquée « à la chinoise » lors des futurs cours de Shoshin.

 

  • Eric Guillet :…

 VOYAGE EN CHINE ORGANISE PAR SHOSHIN

du 20 avril au 2 mai 2013

1 – La Chine traditionnelle et les cultes : des villes d’histoire et des temples ou monastères aux noms évocateurs ; l’armée souterraine de guerriers en terre cuite

2 – La Chine culinaire : les nombreuses recettes de crudités et de légumes, le banquet de raviolis, le canard laqué partagé le dernier soir de notre périple.

3 – La Chine artistique et l’artisanat: le cirque de Pékin, le repas- spectacle de danse, les rencontres impromptues de compagnies en costumes traditionnels, la calligraphie, la fabrique de cloisonnés, les magasins de soie ou de jade…

4 – La Chine et son environnement : des lieux mythiques supports de journées de marche  en plein air : la grande muraille, les monts sacrés ; l’industrie du charbon et la pollution

5 – La Chine et son urbanisme : un développement à une autre échelle ; la disparition progressive des vieux quartiers de Beijing et l’extension de la ville; la circulation et les moyens de déplacements :

 

1 – La Chine traditionnelle et les cultes :

 

11Des temples et monastères aux noms évocateurs :

Incontournables, le temple du ciel où les empereurs rendaient un culte au Ciel et priaient pour les bonnes récoltes ainsi que la cité interdite, siège du pouvoir suprême pendant plus de cinq siècles (1416-1911).

Dans la cité interdite où coule la rivière aux Eaux d’or, on rentre au sud par les portes du Midi et de l’Harmonie suprême ; on trouve ensuite la porte de la Pureté céleste. Les salles de l’harmonie suprême, de l’harmonie du milieu et de l’harmonie préservée se succèdent. Nous trouvons également les palais de la Paix et de la longévité, de la vieillesse sereine, ou des élégances accumulées. Au Nord, par la porte du Génie militaire nous débouchons sur le parc de la colline de charbon : celle-ci offre une belle vue sur la cité interdite malgré le ciel couvert.

Autres noms des temples visités dans les différentes villes : le temple des miracles, le temple de la sagesse, le temple de la longévité, le monastère de la lumière du Bouddha.

 

Dans les temples, on retrouve la représentation de trilogies spécifiques :

Le Bouddhisme : le passé, le présent, le futur

La Taoïsme : le Ciel, la Terre, l’Homme

Le Confucianisme : la longévité, le bonheur, la sagesse

 

1L’armée souterraine de guerriers en terre cuite du premier empereur de Chine  « Qin Shi Huangdi »  sur le site de Qing Bimgmayong à Xi’An est impressionnante. Les personnages mesurent environ 1,80m (taille supérieure à la taille moyenne des humains, à cette époque).

 

2 La Chine culinaire :

21 Les nombreuses recettes de crudités et de légumes

 

22 le banquet de raviolis

 

23 le canard laqué : accompagné de petites galettes et de crudités

 

 

3 La Chine artistique  et l’artisanat

31 le cirque de Pékin :des acrobaties d’un haut niveau ; la « ronde des motards » s’est terminée par les croisements de cinq motards sur leurs machines pétaradantes, à l’intérieur d’une sphère grillagée. Cette prouesse a particulièrement impressionné le public.

32 le spectacle de danse :Le spectacle aborde l’époque de la dynastie des Tang (618-907) alors que Xi’an était la plus grande ville du monde . La grâce des danseuses, la beauté des costumes, la qualité des jeux de lumière nous ravissent.

33 les rencontres impromptues :En costumes de danse sous leur veste, ces jeunes chinoises rencontrées à la sortie du car, n’hésitent pas à nous présenter leur tenue dans une pose gracieuse, face aux appareils photos.

Dans les rues de Xi’An, nous admirons le passage de deux troupes en costumes traditionnels.

34 la calligraphie est abordée lors d’un cours à l’école de Xi’An, après la présentation par la professeure de l’écriture chinoise à travers le temps. Après avoir écrit huit mots chinois, les meilleurs calligraphes ont vu leur « chef-d’œuvre » exposé au tableau. Félicitations de la part du groupe à ces bons élèves.

35  Les magasins de soie et de jade  témoignent d’un savoir-faire artisanal spécifique et de compétences dans le domaine du commerce des chinois.

 

4 La Chine et son environnement : Des lieux mythiques sont l’occasion  de journées de marche  en plein air :

41 La Grande Muraille : Sur le site de Mutianyu, des télécabines nous conduisent du bas des collines jusqu’à la muraille. Au retour, après une petite averse orageuse qui dégage le ciel, le soleil nous permet d’admirer l’immensité du paysage.

42 Heng Shan la montagne taoïste abrite 18 monastères dont Xuankong Si, le monastère suspendu, reconstruit chaque fois plus haut pour échapper aux crues du fleuve. Ses sanctuaires sont consacrés à Confucius, Bouddha et Laozi.

 

5 La Chine et son urbanisme :

51  un développement à grande échelle lié à l’évolution de la ville de Pékin (19 millions d’habitants). Au musée de l’urbanisme, la maquette de la capitale se poursuit sur le sol grâce aux photos satellites.

 

52  la disparition progressive des Hutongs. De nombreux chantiers sont en cours : démolition des anciens ensembles remplacés par de nouvelles résidences. Les anciennes ruelles « Hutongs « sont également absorbées par le nouvel urbanisme. Dans ce quartier, l’absence de portes dans les toilettes publiques a particulièrement attirée l’attention du groupe. A l’extérieur, assoupis dans leur remorque, les cyclistes attendent le client.

 

53  la circulation et les moyens de déplacements : un code de la route en ville  difficile à percer ; les nombreux vélos électriques, la difficulté d’être piéton sont visibles. Les traversées de rues à Beijing sont parfois périlleuses.

 

54 Pingyao, petite ville d’histoire inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco est transformée en espace piéton. L’hôtel où nous nous rendons est une maison de charme ; l’accueil y est particulièrement chaleureux.

Un magnifique voyage organisé par Shoshin pour un groupe qui a découvert la Chine,  a pu pratiquer le Taï Chi dans des endroits « impossibles » pour des occidentaux. Il a permis, également, à tous, de mieux se connaître et de mieux s’apprécier…